04. À mon parti

Tu m’as offert la fraternité envers celui que je ne connais pas.
Tu m’as adjoint la force de tous ceux qui vivent.
Tu m’as redonné la patrie comme par enfantement.
Tu m’as offert la liberté que ne détient pas le solitaire.
Tu m’as appris à allumer la bonté, tout comme le feu.
Tu m’as donné la rectitude que requiert l’arbre.
Tu m’as appris à voir l’unité et la diversité des hommes.
Tu m’as montré comment la douleur d’un seul a succombé dans
la victoire de tous.
Tu m’as appris à dormir dans les lits durs de mes frères.
Tu m’as fait construire sur la réalité comme sur un roc.
Tu m’as fait adversaire du vil et rempart du frénétique.
Tu m’as fait voir la clarté du monde et la possibilité de
l’allégresse.
Tu m’as fait indestructible car, avec toi, je ne prends pas fin en
moi-même.